• Imprimer

Gabrielle

 

Gabrielle-film 1Le film de Louise Archambault, dont nous vous parlions précédemment, a donc été présenté ce matin, mercredi 10 juillet à Paris.

Grâce à l'action de la Fédération Nationale et de sa représentante auprès de l'Alliance Maladies Rares, des contact ont étés pris avec les différentes personnes qui gèrent le film Gabrielle.
Suite à ces échanges il a été convenu de présenter le film à diverses associations ayant un lien direct avec le handicap, Williams-France, AMR, AFM, UNAPEI........
- De l'Alliance, il y avait le président Alain Donnart et Marie Roinet-Tournay, chargée de communication.
- De l'UNAPEI, il y avait Liliane Cotton, représentante de l'UNAPEI au sein de l'Alliance accompagné de la personne chargée de communication.
- Les Papillons Blancs (ADAPEI 75), avec Madame Simonpoli, secrétaire générale.
- De Haut et Court, le distributeur, Marion Tharaud et d'autres personnes....

Dans l'immédiat, nous pouvons dire que chacune et chacun est ressorti de la séance avec de réelles émotions ! Que le film est splendide de délicatesse et de justesse. Tout le monde a été très ému.
Le sujet de l'amour naissant entre 2 jeunes adultes handicapés mentaux, est filmé avec une très grande pudeur.
On retrouve dans la jeune Gabrielle tout ce que l'on peut avoir chez nos jeunes.
La révolte de ne pouvoir faire "comme les autres". La certitude et la volonté de pouvoir arriver à vivre seul ou en couple, et le désespoir de l'échec.

Tout est traité.
Le positionnement de la soeur ainée qui protège, et met entre parenthèses sa propre vie pour ne pas "abandonner" la cadette.
La mère de la jeune fille qui fuit la réalité et le père qui l'ignore totalement.
La mère du jeune garçon (qui est un véritable acteur) qui surprotège et qui est convaincue que son fils ne peut vivre loin d'elle, ne peut avoir de vie sexuelle et encore moins assumer une compagne.

Tout cela centré sur la musique.

Bien sûr, il n'y a pas que Gabrielle. Les jeunes acteurs, trisomiques ou autres pathologies, sont aussi très bons. Chapeau d'avoir réussi un tel exploit.

Vraiment un très beau film, par la qualité des images, du son, du tournage. Pour nous, du grand art. Rien que pour çà, il faut aller le voir.

Le seul hic, avec beaucoup d'humour, il est quelque fois difficile de comprendre le québecois et on rate fatalement quelque chose. Mais c'est vraiment secondaire.
Dans l'attente nous pouvons déjà dire que le film sera projeté dans de nombreuses salles en France et que la Fédération est déjà partenaire de ce projet.

 

Interview de Louise Archambault